Passionnée de cuisine saine et végétale, ainsi que par la santé au naturel, j’ai décidé de me former en naturopathie pour obtenir les compétences nécessaire afin d’accompagner au mieux les personnes en quête de bien-être🌱

Pour toute demande, n’hésitez pas à me contacter par mail à contact@celinecarel.com 📩

Articles récents

L’équilibre acido-basique

L’équilibre acido-basique est l’une des fonctions essentielles de l’organisme. C’est une homéostasie du pH qui permet de maintenir un équilibre du corps.

Une acidose est un processus qui produit généralement une acidémie qui est le résultat d’une augmentation de la concentration des ions H+ dans le sang. Plus clairement, l’acidose tissulaire met en évidence l’encrassage et l’intoxication de l’organisme notamment par des éléments acidifiants.

 

L’équilibre acide-base

Les rappels

Tout d’abord, un acide est une molécule qui donne un ion H+ tandis qu’une base est une molécule qui capte un ion H+

Le pH qui signifie “potentiel en Hydrogène” permet de mesurer l’acidité ou l’alcalinité, tout en indiquant la quantité d’ion Hydrogène dans un liquide.

Ces valeurs se mesure sur une échelle allant de 0 à 14, avec un pH neutre à 7 qui signifie qu’il y a un équilibre entre les substances acides et basiques.

De plus, il existe aussi l’indice de PRALPotentiel Renal Acid Load“, en français “charge rénale d’acide potentielle” et s’exprime en meq (milliéquivalents). Cet indice va permettre d’évaluer la charge acide d’un aliment. Notamment grâce à 2 facteurs :

  • La différence entre la quantité de minéraux acides et de minéraux basiques d’un aliment (avec le coefficient d’absorption intestinale),
  • La quantité de protéines pour évaluer l’excrétion moyenne en sulfates.

Selon le nombre obtenu, il sera considéré comme acidifiant s’il est supérieur à 0 ou considéré comme alcalinisant s’il est inférieur à 0.

D’ailleurs, il est important de savoir que le PRAL journalier a connu une forte évolution. Effectivement, il est passé de -88 meq par jour à l’époque des Homo-Sapiens à +48 meq par jour avec l’alimentation moderne.

Ce changement s’explique notamment par l’évolution de l’alimentation, avec des aliments très riches, raffinés et donc plus acidifiants.

 

 

Les systèmes tampons

L’organisme est capable de se défendre contre la formation d’acide. Il existe 3 mécanismes différents qui permettent à l’organisme de s’adapter aux changements de pH :

  1. Les systèmes tampons,
  2. La ventilation,
  3. La régulation rénale.

Ce sont les systèmes tampons qui sont en première ligne de défense de l’organisme pour limiter les variations et s’adapter aux changements de pH.

En effet, les tampons permettent d’absorber ou de neutraliser une partie de l’acidité et de l’amener vers un émonctoire (organe qui permet l’élimination des déchets) pour l’éliminer.

Il existe deux types de tampons : extracellulaire et intracellulaire.

Lorsque l’organisme devient trop acide, les tampons extracellulaires vont neutraliser la moitié de la quantité d’acide assez rapidement. Puis les tampons intracellulaires vont prendre le relai et neutraliser l’autre moitié d’acide pendant plusieurs heures.

Cependant, ces tampons ne vont pas éliminer les acides, ils vont simplement influencer les variations du pH. C’est ensuite la respiration et la régulation rénale qui permettront d’éliminer les acides de l’organisme.

 

L’acidose tissulaire

Un déséquilibre acido-basique

L’acidose tissulaire met en évidence l’encrassage et l’intoxication de l’organisme notamment par des éléments acidifiants. La principale cause de cette acidose est liée à l’alimentation. Par conséquence d’un excès de consommation d’aliments acidifiants et un manque de consommation d’aliments alcalinisants.
D’ailleurs, l’acidité ou l’alcalinité d’un aliment dépend de :
  • Sa qualité et sa quantité de minéraux,
  • La teneur en citrate de bicarbonate,
  • La teneur en protéine (et en acides aminés soufrés).
À ce sujet, voici des exemples d’aliments acidifiants :
  • La viande,
  • Le poisson,
  • Les oeufs,
  • La charcuterie,
  • Le lait,
  • Le fromage,
  • Le sucre,
  • L’alcool,
  • Certaines légumineuses,
  • Le riz, le sarrasin,
  • Les noix et les amandes.

Il y a également certains minéraux qui sont acidifiants tels que le Chlore, le Soufre et le Phosphore. Ils sont retrouvés en grande quantité dans les aliments d’origine animale.

Ainsi que des exemples d’aliments alcalinisants :

  • Les fruits,
  • Les légumes,
  • Les patates douces,
  • Le miel,
  • Le vin rouge et le vin blanc,
  • Le thé.

Les minéraux alcalinisants sont le Potassium, le Calcium, le Magnésium et le Sodium. Ils sont retrouvés en grande quantité dans les végétaux.

 

Les causes

Les causes de l’acidose sont donc multiples. Cela peut être lié à :

  • Une alimentation trop riche en aliments acidifiants et trop faible en aliments alcalinisants,
  • Des carences en vitamine ou en oligo-éléments (diminution des capacités métaboliques),
  • Un surmenage physique, du stress ou un manque de sommeil important,
  • Une faiblesse des glandes digestives,
  • Un défaut d’élimination des émonctoires (spécialement la peau et les reins),
  • Une sédentarité trop importante (manque d’activité physique),
  • Des désordres digestifs (déséquilibre).
Cet article peut également vous intéresser :  Comment rester naturellement en forme tout l'hiver ?

 

Les conséquences

En effet, les conséquences d’une acidose sont aussi nombreuses que ses causes ou ses symptômes. Elle peut être responsable de certain troubles tels que :

  • La fonte musculaire,
  • Une sensibilité aux infections,
  • Des calculs rénaux,
  • Une diminution des capacités métaboliques,
  • Un encrassement de l’organisme,
  • Des déséquilibres digestifs,
  • Des modifications métaboliques importantes : surpoids, diabète, maladies cardiovasculaires…

C’est pourquoi, il est primordial d’avoir un bon équilibre pour maintenir une bonne santé.

 

Les signes cliniques

Les symptômes sont nombreux et différents d’un individu à l’autre, il n’y a donc pas de règle défini. Cependant, je vous partage une liste de signes qui pourraient mettre en évidence une acidose :

  • Une fatigue persistante (notamment avec des difficultés à se réveiller le matin, des coups de pompe, des difficultés à récupérer),
  • Des migraines ou des maux têtes fréquents,
  • Des douleurs musculaires (nuque, épaules, lombaires…),
  • Une faiblesse du système immunitaire (des infections ORL à répétition, des infections urinaires…),
  • Un état d’anxiété (état émotionnel incontrôlable),
  • Une fragilité ligamentaire (tendinite, crampe, courbature, entorse…),
  • Des rhumatismes inflammatoires chroniques,
  • Des calculs (due à une surcharge hépatique ou rénale),
  • Une fragilité et une moindre résistance au froid,
  • Des troubles digestifs (un transit accéléré, une constipation, des ballonnements, une mauvaise haleine matinale),
  • Etc.

Évidemment, cette liste est non-exhaustive et si vous ressentez un ou plusieurs de ses symptômes ne veut pas dire que vous souffrez d’acidose !

 

 

Les solutions naturelles

Une bonne hygiène de vie sera garante d’une bonne santé physique et mental. Afin de trouver un bon équilibre acide-base, il y a de nombreuses méthodes simples et naturelles à mettre en place au quotidien afin de corriger les éventuels déséquilibres et de maintenir un bon état de forme.

Voici des exemples d’actions pour réguler une acidose grâce à l’alimentation :

  • Adopter une alimentation saine, équilibrée, de saison et fait-maison,
  • Suppression les sucres raffinés et des produits industriels (boisson sucrée, biscuits, sucreries, plats préparés…),
  • Éviter la consommation de produits laitiers,
  • Favoriser la cuisson à la vapeur douce ou à basse température,
  • Limiter les aliments contenant du gluten,
  • Consommer des huiles riches en oméga 3 (par exemple : huile de lin, huile de chanvre, huile de noix),
  • Manger léger le soir avec une dominance de légumes dans l’assiette,
  • Consommer des aliments riches en vitamines A, C et E (riches en antioxydants),
  • Boire du jus de citron quotidiennement.
En parallèle, du côté hygiène de vie, il est recommandé :
  • Faire une détoxification du foie et de la vésicule biliaire,
  • Si possible, de pratiquer un jeûne ou une monodiète ponctuellement (jus de légume ou fruit – pomme, poire, raisin),
  • Consommer des prébiotiques,
  • Pratiquer une activité physique régulière afin de favoriser l’élimination pulmonaire et stimuler les émonctoires,
  • Maintenir un poids de forme,
  • Apporter de la vitamine D,

 

 

De plus, pourquoi pas utiliser des huiles essentielles ou introduire des plantes pour restaurer la flore intestinale.

Comme je l’ai dit précédemment, n’hésitez pas à incorporer beaucoup de fruits et de légumes dans votre alimentation afin de maintenir un bon équilibre acido-basique.

L’équilibre acido-basique est un très bon indicateur, permettant d’alerter en cas de déséquilibre de l’organisme et de prévenir certaines pathologies.

 

 

Si vous souhaitez avoir un accompagnement personnalisé, vous pouvez consulter une diététicienne/nutritionniste ou une naturopathe afin de vous aider à mettre en place une meilleure hygiène de vie (ces pratiques ne se substituent en aucun cas à un suivi médical).

 

Êtes-vous prêt(e)s à maintenir votre équilibre acido-basique ?

 

J’espère que mon article vous aura intéressé, et que vous prendrez le temps de réfléchir à ce que vous venez de lire à ce sujet 🙂

 

Avec toute ma gratitude,

 

Publier un commentaire